calimero
Hello Guest! Please sign in or register!

  • Histoire de l'Europe au XIX° 4 1
Currently:  

Poll

êtes-vous intéressé ? Have you interest ?

no
2 (50%)
yes
2 (50%)

Total Members Voted: 4

Voting closed: September 19, 2017, 15:24

Author Topic: Histoire de l'Europe au XIX°  (Read 911 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Histoire de l'Europe au XIX°
« on: July 22, 2017, 11:39 »
Histoire de l'Europe au XIX° / Geschichte Europas im neunzehnten / Storia d'Europa nel XIX / History of Europe in the 19th century / Historia Europy w XIX / Historia de Europa en el siglo XIX / Europas historia i det nittonde / Istoria Europei în secolul al XIX / Istorija Europoje XIX / História da Europa no século XIX / Ιστορία της Ευρώπης κατά τον δέκατο ένατο /

Les guerres napoléoniennes et le Traité de Vienne (1815) changent la configuration des états européens.
cartes et explications : < http://www.cosmovisions.com/atlasVL044.htm >

Habituellement, en France, on considère le XIX° siècle comme débutant en 1815 et finissant en 1914 : est-ce le même découpage chez vous ?
« Last Edit: July 22, 2017, 12:13 by Lugdu »

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Re: Histoire de l'Europe au XIX°
« Reply #1 on: July 22, 2017, 12:12 »
1° Hégémonie autrichienne 1815-1830
De 1815 à 1830, le chancelier autrichien Metternich, qui a conduit la lutte contre Napoléon, exerce une influence souveraine sur la politique internationale et la consacre à maintenir contre les révolutionnaires de toute espèce les stipulations des traités de Vienne. À cet effet, il convoque des congrès où les cinq grandes puissances empêchent tout changement en France, en Allemagne, en Espagne et en Italie : congrès d'Aix-la-Chapelle (1818), de Karlsbad (1819), de Vienne (1820), de Troppau [auj. Ostrava] (1820), de Laybach (1821), de Vérone (1821), mais il ne peut empêcher le ministre anglais Canning de soutenir les Grecs révoltés contre la Turquie, en complicité avec la France et avec la Russie (1827).


Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
et pendant ce temps en Grande-Bretagne -XIX°-
« Reply #2 on: July 23, 2017, 17:34 »
Quote
Dès 1816, la misère augmente en Grand-Bretagne par suite des exigences de la douane, des manifestations se produisent en faveur du suffrage universel. L'avènement de George-IV (1820-1830), l'arrivée au pouvoir des Tories, la diminution des droits sur les blés marquèrent les débuts du règne. Enfin, devant l'organisation des catholiques d'Irlande créée par O'Connell, Wellington, ministre, leur accorda la liberté politique en supprimant le test (1828); le bill d'émancipation des catholiques, en 1829, signifia la répudiation de la politique oppressive de l'Angleterre, depuis Henri-VIII.
Sous Guillaume (William)-IV (1830-1837), le whig Russel fit voter (1832) la première réforme électorale (500 000 nouveaux électeurs). La suppression de l'esclavage dans les colonies, des lois protectrices des mineurs, les progrès vers le libre-échange, telle fut l'oeuvre des whigs.


svp : c'est quoi whig ?

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Et pendant ce temps, en Russie -XIX°- !
« Reply #3 on: July 23, 2017, 17:45 »
 
Quote
La Russie avec Alexandre-Ier (1801-1825) fut l'âme de la Sainte-Alliance et soutient dans toute l'Europe la contre-révolution. Mais elle était minée à l'intérieur par ces mêmes doctrines qu'elle prétendait combattre à l'étranger. Des sociétés secrètes se multiplièrent au lendemain de la mort du tsar Alexandre-Ier. Une révolution éclata (décembre 1825).

L'empereur Nicolas-Ier  (1825-1855) la réprima durement et se posa en représentant du droit divin et de la légitimité. Il élargit les frontières de la Russie du côté du Caucase, [son prédécesseur avait déjà acquis une partie de la Pologne, de la Finlande] protègea contre la Turquie les Roumains, les Serbes et les Grecs, poussa les troupes russes jusqu'à Andrinople (Edirne), obtint de la Porte (l'Empire Ottoman) des rectifications de frontières et le libre passage des Dardanelles et du Bosphore . Il triompha de l'insurrection polonaise (1830),

« Last Edit: July 23, 2017, 18:41 by Lugdu »

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Et pendant ce temps, en Espagne -XIX°- !
« Reply #4 on: July 23, 2017, 17:52 »
Quote
L'issue de la campagne de Russie aida les Espagnols, secourus par les Anglais, à repousser les Français de leur territoire. Ferdinand-VII, rendu à son pays en 1814, était incapable d'en guérir les plaies. Une expédition vainement destinée à replacer les colonies révoltées d'Amérique sous l'autorité de la métropole s'insurgea en 1820 à Cadix, et la constitution de 1812 fut imposée au roi. Remis en liberté en 1825 par une armée française, il changea en 1830 par un auto acordato, conforme d'ailleurs à l'ancienne constitution castillane, l'ordre de succession établi en 1713 par Philippe-V, et suivant lequel les femmes n'étaient appelées à régner qu'à défaut de toute postérité mâle.

« Last Edit: July 23, 2017, 18:41 by Lugdu »

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Et pendant ce temps, en pays germain -XIX°- !
« Reply #5 on: July 23, 2017, 18:26 »
Entre le Rhin et l'Oder, la Baltique et les Alpes…
Quote
La Confédération Germanique, organisée par le Congrès de Vienne, ne comprenait que 39 membres, dont deux très grands (Autriche et Prusse) et 10 plus ou moins considérables; elle n'avait pas de vie propre. La lutte était inévitable entre la Prusse et l'Autriche, et les autres princes ne pouvaient former le noyau d'une troisième Allemagne.
La Prusse, qui paraissait plus libérale et plus allemande que sa rivale, était divisée en tronçons; mais la séparation même de ces tronçons (on lui avait donné les provinces Rhénanes) était un stimulant pour des agrandissements qui la transformeraient un jour en un tout compact.

L'Autriche devenait de moins en moins allemande, cherchant sa destinée en Italie ou en Orient, pendant que les nationalités soumises à l'empereur prenaient conscience de leurs diversités culturelles.


Dans ces propos on sent la domination des 2 grands états, mais on ne sait rien de ce qui se passe dans les autres pays de la Confédération Germanique : merci de contribuer…
@selber svp
« Last Edit: July 23, 2017, 19:11 by Lugdu »

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Et pendant ce temps, au Portugal -XIX°- !
« Reply #6 on: July 23, 2017, 18:40 »
Quote
Les Portugais, avec le secours d'une armée anglaise, forcent les Français en 1808 à évacuer le Portugal, qu'ils avaient envahi. Le pays reste entièrement livré à l'influence anglaise.

Quand la révolution qui éclate en Espagne en 1820, c'est imité au Portugal, et lorsque João-VI y revient, en 1821, il est obligé d'accepter la constitution que les Cortès venaient de voter. Mais il l'abolit en 1824. Il est contraint, en 1825, de reconnaître l'indépendance du Brésil, qui s'était constitué en empire en 1822.
Dom-Pedro, fils aîné de João-VI et devenu son successeur en 1826, donne une charte, carta de ley, au Portugal et abdique en faveur de sa fille, Dona-Maria. II nomma son frère Dom-Miguel régent du royaume et le fiance à sa fille. Mais ce prince abolit, en 1828, la charte donnée par son frère, et assemble les anciennes cortès, qui le proclament roi légitime, à l'exclusion de sa nièce.


Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Et pendant ce temps, en Pologne -XIX°- !
« Reply #7 on: July 23, 2017, 18:48 »
 
Quote
Le congrès de Vienne, où Louis-XVIII (de France) avait fait dire, sans succès, par le prince de Talleyrand, qu'il regardait la question de la Pologne comme la plus européenne, supprime en 1815 le duché de Varsovie, dont la majeure partie est réunie à la Russie sous le nom de royaume de Pologne. Dantzig, Thorn, Culm et le duché de Posen sont attribués à la Prusse, et la ville de Cracovie forme une république indépendante.
L'empereur Alexandre-Ier (de Russie) octroya au nouveau royaume de Pologne, en 1815, une constitution et une représentation nationale, composée de deux Chambres avec un vice-roi. Mais il annula bientôt cette constitution, et accorda un pouvoir discrétionnaire à son frère, le grand-duc Constantin, commandant de l'armée polonaise.


Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Et pendant ce temps, dans la péninsule italienne -XIX°- !
« Reply #8 on: July 23, 2017, 19:04 »
Quote
Les traités de 1815, oeuvre du congrès de Vienne, restaurent en Italie l'ancien ordre de choses, en l'aggravant toutefois par le rétablissement d'une disposition fatale du Traité de Campo Formio.
François-II, empereur d'Autriche, recouvre, avec son domaine lombard, la Vénétie, accrue d'une bande de territoire pontifical sur la rive gauche du Pô. Il s'attribua de plus le droit de garnison à Ferrare et à Comacchio dans les Etats de l'Eglise, à Plaisance dans les Etats de Parme. Des fortes positions de la Lombardo-Vénétie, formant une masse compacte avec le reste de son empire, il pesait sur toute la péninsule.
Ferdinand-III, archiduc d'Autriche, rentre dans le grand-duché de Toscane, augmenté des Présides, de l'île d'Elbe et de Piombino. Un autre archiduc, François-IV, héritier de la maison d'Este, prend possession du duché de Modène: sa mère, Marie-Béatrice, devait conserver jusqu'à sa mort Massa et Carrare.
L'archiduchesse Marie-Louise, ex-impératrice des Français, reçoit le duché de Parme. On indemnise provisoirement l'infante Marie-Louise, ex-régente d'Etrurie, et son fils Charles-Louis en leur donnant la principauté de Lucques, érigée en duché, réversible au grand-duc de Toscane.

Une convention postérieure (1817) assura aux Bourbon installés temporairement à Lucques la succession de la duchesse de Parme. Ferdinand-IV, restauré à Naples après la chute de Murat, qui paie de sa vie une dernière tentative en Calabre (13 octobre 1815), ne pouvait se soutenir qu'en s'appuyant sur l'Autriche. Le roi de Sardaigne lui-même, Victor-Emmanuel Ier, à qui l'on abandonne l'ancienne république de Gênes, dépendait tout autant de la puissance dominante, Des vieilles républiques italiennes, il ne restait plus que le petit état de Saint-Marin, toujours respecté.
L'Autriche, décorant ses possessions directes du nom de royaume lombardo-vénitien, affecte, dans les commencements, plus de modération que la plupart des souverains qu'elle protégeait; mais, sous ces apparences trompeuses, elle instituait l'omnipotence de la police. L'absolutisme tendait à la douceur à Parme et à Lucques. En Toscane, il se montrait tolérant. A Modène, il était arrogant et cruel.

Les Etats de l'Eglise, malgré la modération affichée de Pie-VII, se replongeaient dans la nuit du Moyen âge.
Dans les Etats sardes, on reculait au delà des jours antérieurs à la Révolution française.
Dans les Deux-Siciles, dont Ferdinand-IV, prenant le nom de Ferdinand-Ier, avait fait un royaume uni en abolissant l'autonomie de la Sicile (décembre 1816), les lois françaises étaient à peu près conservées à Naples, mais, en réalité, l'arbitraire le plus ignominieux régissait les provinces continentales aussi bien que la partie insulaire.

Les nationalistes italiens cherchèrent dans les conspirations un remède à tant de maux. Déjà, sous les Français, des sociétés s'étaient formées, qui se proposaient pour but l'indépendance, voire l'unité nationale, voeu de nombreux Italiens depuis Dante. La vaste association des carbonari les avait absorbées presque toutes. En 1820, le succès de la révolution espagnole détermina les sectaires à l'action. Un soulèvement, d'abord militaire (2 juillet), puis populaire, obligea Ferdinand Ier de proclamer dans les Deux-Siciles la constitution d'Espagne (9 juillet). Mais, après les Congrès de Troppau et de Laybach, les Autrichiens traversèrent les Etats romains, défirent l'armée constitutionnelle à Rieti le 7 mars 1821, entrèrent dans Naples le 23, et y rétablirent l'absolutisme.
Un soulèvement semblable, malheureusement trop tardif, venait d'éclater en Piémont (10 mars). Victor-Emmanuel-Ier avait abdiqué le 13, et le prince de Carignan, régent en l'absence de Charles-Félix, avait aussitôt promulgué la constitution espagnole. Mais, le 21, effrayé de son rôle, il s'était réfugié au milieu des Autrichiens. Ceux-ci passent le Tessin et battent les constitutionnels piémontais à Novare le 8 avril. Ils n'évacuent complètement le Piémont qu'à la fin de 1823 et les Deux-Siciles qu'en 1827. Les souverains, rassurés, sont effrénés dans leurs vengeances. Les libéraux périssent dans les supplices ou remplissent les galères et les cachots. Les bannis et les émigrés étaient innombrables.

En Lombardo-Vénétie, où il n'y avait eu que des complots non suivis d'effet, des procès odieusement conduits envoient au Spielberg les hommes les plus illustres. Les persécutions se font sentir même dans les Etats où aucune agitation ne s'était produite. La Toscane seule conserva son régime tolérant. En 1828, sous François-Ier, l'insurrection du Cilento, dans les Etats napolitains, donne lieu à une répression féroce.
Dans les Etats de l'Eglise, sous Léon-XII et sous Pie-VIII, la secte austro-papaline des sanfédistes, opposée à celle des carbonari, se livrait impunément à tous les excès; le brigandage infestait les campagnes, la misère croissait, le peuple se démoralisait.


Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Et pendant ce temps, en Suède -XIX°- !
« Reply #9 on: July 23, 2017, 19:35 »
Quote
Le prince napoléonien Bernadotte succéda en 1818 à Charles-XIII de Suède, sous le nom de Charles-XIV, et s'attache à cimenter l'union de la Suède et de la Norvège (que le Danemark venait de perdre en 1814), et à améliorer le sort matériel des deux pays, entre lesquels cependant subsiste toujours un esprit de scission.


Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Re: Histoire de l'Europe au XIX°
« Reply #10 on: August 05, 2017, 13:10 »
Dans ce petit panorama européen du début du XIX°, j'avais oublié de parler de la France…
À la 2° Restauration de Louis-XVIII après le retour de Napoléon, succède Charles-X qui abdique le 2 août 1830.

Le roi Louis-XVIII donne un gouvernement constitutionnel ; mais les royalistes d'extrême droite, les "enragés", et certains "émigrés"  «n'ont rien appris, ni rien oublié» : ils entreprennent de recommencer la lutte de l'Ancien-Régime contre la France nouvelle. L'histoire interne est très compliqué, la politique extérieure l'est aussi, à cause de personnages influents menant leurs affaires ou servant leurs intérêt.

Les Ultra s'engagent dans la vie publique et souterraine avec tant d'étourderie et de morgue et, encore, de sottise, qu'ils ne mettent pas beaucoup plus de trois mois à rendre la monarchie à sa renaissance aussi impopulaire que l'avait été l'Empire à son déclin.

exemple :
Quote
Le rétablissement du drapeau blanc, substitué au tricolore, devenu le symbole de la liberté et de la gloire, fut une faute irréparable. Il faut lire, dans les écrits des contemporains, comment le peuple, qui « juge de tout par les signes », dès que le drapeau de l'Ancien Régime fut arboré, « vit en imagination le retour de la dîme, de la corvée, des droits féodaux », des classes privilégiées, « c'est-à-dire de tout ce que l'on avait appris à haïr et à craindre. depuis un quart de siècle » (Quinet).

La cour et le haut clergé, qui avait repris une attitude de domination, se complaisent aux cérémonies "expiatoires". La piété justifiait les honneurs rendus à la mémoire de Louis-XVI et de Marie-Antoinette; les messes solennelles paraissent des défis.

Trois questions principales dominent la politique pendant la Restauration :
-la loi électorale, que les ultras veulent tourner au seul profit des grands propriétaires fonciers ;
-la liberté de la presse, qu'ils restreignent jusqu'à la suppression ;
-l'instruction publique, qu'ils mettent aux mains de l'Eglise.

On repère 2 périodes dans le règne de Louis-XVIII : celle où il gouverne et consolide la monarchie (1816-1820); celle où il se contente de régner (1820-1824) pendant que son frère magouille.

Par exemple : le ministre de la Police Générale, Decazes supprime peu à peu les lois d'exception, abolit la censure et l'autorisation préalable pour les journaux, attribue au jury la compétence pour les délits d'opinion, modifie heureusement la loi électorale.$

autre exemple : en 1828 la France obtient des alliés l'évacuation anticipée du territoire.

Les finances étaient bien administrées, la fiscalité modérée, l'agriculture et l'industrie prospères. La majorité de la nation, bien que résolument attachée aux principes de 1789 et fâchée d'être rejetée par la loi hors de la vie publique, ne commence à s'inquiéter qu'après la mort de Louis XVIII.

La situation intérieure en France est chaotique, mais n'empêche pas les interventions internationales (vague de colonisation).

Avec les insurrections et les répressions en soubresauts le trône est renversé, tant il était déjà ébranlé et, aussi, parce que jamais opération plus aventureuse ne fut préparée avec plus de légèreté. Ce fut la révolution de Juillet 1830, dite les "Trois Glorieuses" (3 jours de gloire). Ce fut les Bourbon contre les Orléans.
Le 9 août, le duc d'Orléans, ayant juré fidélité à la nouvelle Charte devant les deux Chambres, est proclamé sous le nom de Louis-Philippe-Ier


Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
La révolution de 1830 en France et l'avènement des whigs (Tories et Whigs) en Angleterre transforment la situation politique de l'Europe. Les deux grands états de l'Ouest, devenus parlementaires, rompent l'alliance avec les trois états de l'Est, restés absolutistes et dominés par l'influence de l'empereur Nicolas de Russie. Cette période est caractérisée par une série de mouvements populaires européens, destinés à transformer l'ordre des choses établi, et écrasés par l'intervention des grandes puissances :

    1° Un premier mouvement éclate après la révolution de Juillet en France. Il triomphe en Belgique, où est constitué un royaume indépendant (traités des 18 articles (janvier 1831), des 24 articles (novembre 1831), des 34 articles (1839); il est écrasé en Pologne en 1831; en Allemagne (diète de Francfort 1832, conférence de Münchengraetz 1833) et en Italie (intervention autrichienne (mars-avril 1831).

    2° En 1840, le pacha d'Egypte, Méhémet-Ali, qui a déjà conquis sur la Turquie une partie de la Syrie (traité de Ventaïch, mai 1833) et qui l'a forces de se mettre sous la protection russe (traité d'Unkiar Skelessi, juillet 1835), reprend les armes et marche sur Istanbul. Toutes les grandes puissances s'entendent contre lui, à l'exclusion de la France (traité de Londres, juillet 1840) ; la France, exclue par là du concert européen, y rentre par la convention des Détroits (13 juillet 1841), qui ferme le Bosphore à tous les navires de guerre et termine provisoirement la question d'Orient.

    3° En 1848, éclatent des révoltes dans l'Europe entière, à la suite de la révolution de Février. Elles sont partout écrasées (en Italie, en Allemagne, en Autriche dans les principautés Danubiennes). A la fin de cette période, l'Europe est donc, au point de vue international et diplomatique, dans la même situation qu'en 1815.


je vais ensuite essayer de reprendre la situation de 1830/48 pays par pays, vous êtes invité à compléter afin d'avoir une vision polyphonique de l'histoire de l'Europe…

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Re: l'Europe en 1848
« Reply #12 on: September 02, 2017, 11:16 »
Voici une carte synthètique de l'Europe en 1848 <http://lewebpedagogique.com/hgvangogh/?page_id=1892 > pour visualiser la situation officielle de l'Europe politique

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1175
  • -Received: 682
  • Posts: 1634
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
H.E. XIX° : le Romantisme
« Reply #14 on: September 04, 2017, 16:41 »
Mme de Staël (1766/1817) écrit "de l'Allemagne" en 1810 qui révèle l'art romantique au public international. C'était moderne, national, populaire…Elle y désigne ainsi les caractéristiques essentielles : prédominance du particulier sur l'universel, du populaire sur  l'élitiste, du moderne sur le classique. Elle suggère qu'en fait l'esprit romantique est opposé à l'esprit des Lumières du XVIII°siècle. (chapitre-XV pp301) Eugen Weber Une Histoire de l'Europe tome-II éd 1987
"Si les Lumières naquirent en France, le romantisme vint d'Angleterre et d'Allemagne en réaction des cultures locales contre la prédominance française" pp302