calimero
Hello Guest! Please sign in or register!

  • Histoire de l'Europe au XIX° 4 1
Currently:  

Poll

êtes-vous intéressé ? Have you interest ?

no
2 (50%)
yes
2 (50%)

Total Members Voted: 4

Voting closed: September 19, 2017, 15:24

Author Topic: Histoire de l'Europe au XIX°  (Read 1165 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1185
  • -Received: 691
  • Posts: 1665
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Re: Histoire de l'Europe au XIX°
« Reply #30 on: October 08, 2017, 13:09 »
En France, culturellement, socialement, techniquement, nous pensons le XIX°siècle jusqu'à la guerre de 14/18. Après c'est un autre monde.
-->Et chez vous ?
« Last Edit: October 08, 2017, 13:23 by Lugdu »

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1185
  • -Received: 691
  • Posts: 1665
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Re: Histoire de l'Europe au XIX°
« Reply #31 on: October 08, 2017, 13:22 »
Si le XIX°siècle se caractérise, en France et sur le continent, par une période de guerres civiles classées parfois sous le titre de "révoltes nationalistes", il fut aussi marqué par les règnes de souverains prégnants : Victoria en Grande-Bretagne, Wilhem/Guillaume-I° en Prusse, Franz-Joseph/François-Joseph-I°, les Alexandre, puis Nicolas-III en Russie, et aussi Victor-Emmanuel en Piémont, Napoléon-III en France.
-->Qu'en pensez-vous ?

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1185
  • -Received: 691
  • Posts: 1665
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Russie début XIX°
« Reply #32 on: October 28, 2017, 22:59 »
décembre 1815 : coup d'état aristocratique contre le nouveau Tsar Nicolaï-I (frère du précédent). L'insurrection est sévèrement réprimée, et cette répression imprime au règne de Nicolas le caractère qu'il conservera jusqu'à la fin :
-à l'intérieur, réaction contre toutes les idées libérales, la tyrannie de la 3°Section (police politique), la surveillance jalouse et tracassière des universités, des journaux, des livres.
-à l'extérieur enfin, la continuation de la politique de la Sainte-Alliance.
Ce règne réactionnaire a pourtant son heure libérale. En 1827, la Russie s'unit à l'Angleterre et à la France pour protéger les Grecs révoltés contre les Turcs.

Mais, en 1830, à la nouvelle de la Révolution de Juillet en France, Nicolas rentre dans le rôle qu'il ne quittera plus, de champion des souverains contre les peuples.

Entre 1848 et 1849, Nicolaï-I intervient partout en Europe pour défendre le statu-quo territorial et politique; il sauve le Danemark envahi par les Allemands, écrase les Hongrois révoltés contre l'Autriche.
En 1852, la crise révolutionnaire terminée, devenu l'arbitre de l'Europe, il croit le moment venu de reprendre en Orient la traditionnelle politique de la Russie.

« Last Edit: October 28, 2017, 23:09 by Lugdu »

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1185
  • -Received: 691
  • Posts: 1665
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Russie au XIX°
« Reply #33 on: October 28, 2017, 23:28 »
Le premier soin du nouvel empereur, Alexandre-II (1855-1881), est de terminer une guerre épuisante.
La plus urgente de ces réformes était l'abolition du servage. 30 millions de paysans russes étaient serfs : il faut leur donner une liberté personnelle et une part des terres qu'ils travaillent…
19 février 1861, le manifeste fut lancé pour abolir le servage : les paysans devinrent, sinon libres, du moins indépendants de leurs anciens seigneurs ; une part des terres leur fut attribuée, suivant des conditions de rachat qui, jusqu'à la Révolution Soviétique, pèsent lourdement sur beaucoup de villages.

À cette réforme en succèdent d'autres :
-réforme administrative qui établit dans les provinces des conseils généraux élus (Zemstvo) avec une large autonomie ;
-réforme judiciaire, qui donna aux magistrats des attributions plus définies, avec plus d'indépendance, crée des juges de paix élus, admit le jury, etc. ;
-réforme, dans un sens libéral, des lois sur la presse, sur l'instruction publique, etc.
Toutes ces mesures constituent la page glorieuse du règne d'Alexandre Il. Mais plusieurs réformes n'ont pas été complètement appliquées ; des règlements complémentaires en ont restreint de bonne heure l'étendue.
Par exemple : que la suppression de la police politique (3°section) ; en dépit de cette suppression, les arrestations et les déportations par voie administrative, sans intervention des tribunaux, ont toujours continué et se sont multipliées par milliers.
Des complots nihilistes et des attentats contre le tsar, dans les dernières années marquent la fin du règne

À l'extérieur, après la guerre de Crimée, la politique d'Alexandre-II, conduite par son chancelier, le prince Gortchakov est marquée par nombre de succès.…

Alexandre-II venait de changer de système (ministère de Loris-Mélikov, 1880-1881), et peut-être allait-il accorder une constitution à la Russie, quand une bombe nihiliste le tua le 1/13 mars 1881 (selon nos différences de calendrier).

« Last Edit: October 28, 2017, 23:38 by Lugdu »

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1185
  • -Received: 691
  • Posts: 1665
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Russie (suite) XIX°
« Reply #34 on: October 28, 2017, 23:36 »
Le règne de son fils, Alexandre-III (1881-1894), débute par une violente réaction. D'une part, toute velléité de concessions libérales sont abandonnée ; de l'autre, les réformes accordées jadis par Alexandre II sont révisées pour la plupart dans un sens très conservateur et très aristocratique : la noblesse reconquit, dans les campagnes, une grande partie de l'autorité que l'abolition du servage lui avait fait perdre.
À l'extérieur, le gouvernement d'Alexandre-III est pacifique, mais il change d'orientation : l'axe de Paris prend le pas sur celui de Berlin…

Devenue désormais un des pivots de la politique européenne, contre-poids à la triple alliance de l'Allemagne, de l'Autriche et de l'Italie, la Russie semble, à l'époque, être devenue un élément de paix et de stabilité pour l'Europe. Deux causes y contribuent, pour ce qui la concerne :
-d'abord le développement pris depuis les années 1880 par l'industrie et le commerce russes ;
-ensuite, l'importance nouvelle des questions asiatiques, suite des actions menées déjà par son père.


Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1185
  • -Received: 691
  • Posts: 1665
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Chemins de Fer en Europe au XIX°
« Reply #35 on: October 29, 2017, 15:36 »
retour sur un thème typique du XIX°siècle : les trains.
extrait de l'article de André Larané "Naissance du chemin de fer"
Un train à vapeur circule pour la 1° fois au monde le 21 février 1804, à Pen-y-Darren, une région minière du Pays de Galles, près de Merthyr Tydfil.
La locomotive a été conçue par l'ingénieur des mines Richard Trevithick, passionné par la motorisation à vapeur. Elle tracte ce jour-là 10 tonnes de fer et 60 personnes montées sur cinq wagons, effectuant 16 km en 4 heures et 5 minutes.

C'est ici qu'intervient, après le rail, le deuxième apport décisif à l'invention du chemin de fer : la vapeur. Comme le rail, elle est issue de l'industrie minière.
James Watt (19 janvier 1736, Greenock, Écosse - 25 août 1819, Handsworth, Angleterre). Le pionnier de la machine à vapeur est le mécanicien anglais Thomas Newcomen (1664-1729). Inspirée notamment des travaux de Denis Papin, sa machine développe une puissance mécanique à l'aide d'un piston mû par de la vapeur dans un cylindre.
Un 1/2-siècle plus tard, à partir de 1769, cette première forme de motorisation reçoit une impulsion décisive de l'ingénieur écossais James Watt (1736-1819).
Il en améliore le rendement énergétique (condenseur séparé, double effet...) et développe des mécanismes pour l'adapter à tous usages industriels (métallurgie, textile...).
L'ingénieur Richard Trevithick est alors mis au défi par son ami Samuel Homfray, propriétaire des fonderies de Penydaren, de construire un engin capable de tracter dix tonnes. Il conçoit la 1° locomotive à vapeur, avec une chaudière montée sur chariot.
Georges Stephenson fournit donc les premières locomotives de la ligne commerciale Liverpool-Manchester, laquelle fait chuter de moitié le prix des marchandises lourdes vendues à Manchester. La ligne s'avère très rentable pour les actionnaires de la compagnie. Le succès est tel que bientôt, Stephenson n'arrive plus à fournir.

En 1835, c'est à une locomotive fournie par les établissements Sharp & Roberts que revient la gloire de franchir la barre des 100 km/h. La nouvelle fait sensation et commence à inquiéter les professionnels du transport (diligences, coches d'eau etc).

Les Belges inaugurent une première ligne pour le transport des voyageurs entre Bruxelles et Malines, le 5 mai 1835.
La même année, le 7 décembre 1835, une première ligne de 6,4 km est ouverte en Allemagne, entre Nuremberg et la ville voisine de Führt.
En France, une première voie ferrée a été ouverte en 1827 pour le transport des marchandises, entre Saint-Étienne et Andrézieux (18 km), deux villes du bassin industriel et minier de la Loire. Elle a été étendue aux voyageurs en 1832. Puis est ouverte en 1835 la ligne Saint-Étienne-Lyon (57 km), pour le transport de marchandises lourdes et de produits sidérurgiques.

En 1848, à la veille de faire sa révolution industrielle, la France compte déjà près de 2000 km de voies ferrées. En 1860, l'Allemagne en a quant à elle 11 000.


Quand ont été ouverts les chemins de fer dans les divers pays européens ?

Lugdu

  • Super-Hero Member
  • ******
  • Thank You
  • -Given: 1185
  • -Received: 691
  • Posts: 1665
  • Country: fr
  • https://www.youtube.com/watch?v=FOCucJw7iT8
Re: Histoire de l'Europe au XIX°
« Reply #36 on: November 01, 2017, 14:25 »
Inclut-on la 1°Guerre-Mondiale dans ce chapitre du XIX° ou fait-on un chapitre spécial à votre avis ?